l’idée

Fonctionnel, durable, créatif et économe

Le nouveau stade reflétera les particularités de la culture football de Fribourg et conservera l’esprit de l’ancien stade.

Qu’est-ce qui définit la nature d’un stade de football ? « Les gens qui sont dans les tribunes et qui donnent à chaque stade une atmosphère qui lui est propre. » Cette affirmation est de Christian Streich, l’entraîneur de l’équipe première. Son point de vue n’est pas nouveau ; et pourtant, il est étonnant de voir à quelle vitesse il peut en être fait abstraction. On pourrait facilement oublier qu’un projet de nouveau stade doit d’abord se faire sans spectateurs dans les gradins, sans équipe sur le terrain et sans entraîneur sur le rebord. Le projet doit se concrétiser sans l’aide de tous ces acteurs… Sur le papier.

Néanmoins, les observateurs de ce projet, qui fut voté à l’unanimité par l’administration municipale, le conseil municipal et le club, peuvent donner libre cours à leur imagination. Pour cela, il est utile de rappeler ce que le Sport-Club a cherché à réaliser avec tant d’efforts. Au-delà de la construction d’un stade avec un terrain possédant les bonnes dimensions et qui resterait plat d’un bout à l’autre, au-delà d’un stade qui disposerait de locaux consacrés aux affaires, permettant de rester compétitif au sein de l’échelon le plus élevé du football allemand de clubs : trouver une vision, une idée directrice qui servirait de socle à tous ces éléments fonctionnels essentiels.

Le football et la joie de vivre

Cette vision est que le nouveau stade fasse résonner les particularités de la culture football de Fribourg. Les gens savent que ce sport, ou plutôt sa perception, est ici quelque peu différente. Les victoires seules ne rendent pas heureux, les défaites ne sont jamais catastrophiques. En d’autres termes, le rôle du football n’est pas tant de soigner les frustrations, mais plutôt de servir la joie. Le football est lié à la joie de vivre de cette région, connue pour son agréable climat, son paysage merveilleux, sa gastronomie et ses vins délicieux mais surtout pour la manière dont elle savoure toutes ces richesses.

Le projet de HPP lui offre d’emblée de belles perspectives. Car dès le premier coup d’œil s’impose une évidence : le stade, qui sera construit dans le Wolfswinkel, ne semble aucunement remplaçable ou même comparable à un autre. Bien au contraire, l’ingéniosité architecturale que représentent les poutres diagonales soutenant le toit donne à l’édifice quelque chose d’absolument unique.

Malgré une élégance et une logique très précises, les points du projet qui sont les plus éloignés de l’ancien Schwarzwald-Stadion, construit étape par étape et dont l’esthétique et la taille varient d’une tribune à l’autre, unissent eux aussi la tradition et la modernité. Il s’agit même de la clé du projet choisi : sa volonté de recréer ce qui rend aujourd’hui le Schwarzwald-Stadion si spécial, son esprit, son authenticité. Dans sa globalité, mais également dans ses nombreux détails.

Les visiteurs doivent s’attendre à un déjà-vu

Première similitude, le toit en forme rectangulaire qui annonce d’emblée ce qui se trouvera à l’intérieur : un stade de football compact, une atmosphère dense avec des tribunes très proches du terrain. Même s’il s’agira cette fois de gradins doubles, les visiteurs doivent s’attendre à un sentiment de déjà-vu. Ainsi, la tribune côté Sud, réservée aux visiteurs debout, et celle du côté opposé seront les héritières des bouillantes tribunes Nord et Sud du Schwarzwald-Stadion.

Comme au Schwarzwald-Stadion, les fans de l’équipe adverse seront placés à l’opposé de la tribune réservée aux visiteurs debout. Ils seront debout dans la tribune basse, assis dans la tribune haute et leur visibilité sera nettement meilleure en comparaison avec la situation actuelle. Mais le confort amélioré des supporters adverses n’est pas le seul domaine où s’exprimera l’hospitalité si réputée des Fribourgeois dans ce nouveau stade, dont l’édification apportera des progrès manifestes par rapport à l’ancien.

Tout d’abord, il convient de mentionner la promenade, qui fera le tour complet de l’enceinte et dont l’accès se fera via quatre rampes aux différentes extrémités, pour tous les visiteurs, y compris à mobilité réduite. Les sièges réservés aux personnes en fauteuil roulant et à leurs accompagnateurs seront deux fois plus nombreux, en plus d’être systématiquement couverts et répartis dans tous les secteurs du stade. Le souhait du Sport-Club de rendre les matchs de football accessibles à tous se traduit également par la part des places réservées aux personnes debout : 36%, un taux aujourd’hui inégalé dans le championnat d’Allemagne. Le club a également à cœur d’être un bon voisin. Ainsi, le club et la ville travaillent à l’élaboration d’un projet de protection du voisinage ; en outre, un conseil des riverains verra également le jour pour les habitants de Mooswald, comme c’est déjà le cas actuellement pour ceux de Littenweiler, Ebnet et Waldsee.

Le nouveau stade du SC Freiburg, où les pros et les moins de 23 ans seront volontairement réunis, sera également novateur en matière de protection de l’environnement. À ce titre, l’utilisation de l’énergie résiduelle de Solvay/Rhodia par réseau de chaleur est fondamentale et couvrira l’ensemble des besoins du stade. Le principe de cette solution est à l’image du projet dans son ensemble : rentable, fonctionnel, durable, créatif et innovant, soit tout ce qui a permis au SC Freiburg d’être ce qu’il est aujourd’hui. Désormais, ces qualités sont également au cœur du plus grand projet de l’histoire du club : la construction du nouveau stade dans le Wolfswinkel.

Il ne restera ensuite qu’à transformer cet endroit, à en faire la nouvelle maison de la culture football fribourgeoise. Ses visiteurs s’en chargeront. Comme l’a dit Christian Streich : « L’équipe, les entraîneurs et les fans le rempliront de vie. »